Le trafic d'animaux de compagnie

Ils sont plus de 60 millions à partager notre quotidien : en France, plus d’un foyer sur deux possède un animal de compagnie. Un marché de plusieurs milliards d’euros, entaché de trafics en tout genre : élevages clandestins, importations illégales en provenance des pays de l’Europe de l’Est, vols, ou exploitation d’espèces protégées. Le commerce illicite d’animaux se classerait au 3ème rang des trafics les plus lucratifs. A la SPA six enquêteurs se consacre à plein temps à la traque des trafiquants d’animaux, dirigée par Julien Soubiron, un ancien gendarme : « Les services de l’Etat n’ont pas forcément beaucoup de temps pour s’occuper des animaux. On constitue donc des dossiers étayés de preuves, qu’on transmet ensuite à la justice ». Aux côtés de Julien, nous suivrons une enquête de longue haleine : la traque d’une trafiquante de chiots importés illégalement de Bulgarie. Nés dans un pays où sévit encore la rage, ces animaux sont souvent mal immunisés contre cette maladie. Pour décrypter le mode opératoire de ce commerce illicite, nous nous rendrons en Bulgarie. Situé à l’extrême sud-est de l’Europe, ce petit pays serait le nouvel eldorado du trafic de chien. Ici, des chiots sont élevés dans des conditions déplorables, puis revendus par des grossistes locaux spécialisés dans l’exportation. «Ne vous en faites pas, les chiots ont 8 semaines, mais sur leurs documents, ils auront plus de 3 mois et demi pour être exportés vers la France ».

Auteur : Thomas Lelong

Suivez nous sur les réseaux :
Facebook :

(Visited 4 times, 1 visits today)

Vous pourriez être intéressé par

QUITTER VOTRE COMMENTAIRE